Raconter des histoires avec le matériel polyvalent

Par Valérie Cadieux

J’ai un amour profond pour les livres.  J’adore, depuis toujours, raconter des histoires à mes élèves.  Je me souviens que lors de ma première année d’enseignement, il y a fort longtemps,  j’avais fait la lecture d’un roman à mes élèves, un peu chaque jour, avant même de savoir ce qu’était une lecture-feuilleton. J’ai lu des tonnes d’albums à mes élèves de tous les âges et je continue de le faire avec mes petits du préscolaire avec autant d’amour et de passion.  Depuis quelques années, je développe également un amour profond pour le matériel polyvalent et j’ai eu l’idée de combiner ces deux passions: la lecture et le matériel polyvalent.   Le matériel polyvalent stimule la créativité et l’imagination chez les enfants.  Lorsqu’on combine ce matériel à la littérature jeunesse, on ouvre la porte à une infinité de possibilités afin de favoriser le développement de la lecture et même de l’écriture.

Dans ce billet, j’ai le goût de vous partager quelques idées et bienfaits de l’exploitation du matériel polyvalent afin de développer la littératie chez les enfants.

La compréhension de l’histoire

Le matériel polyvalent permet d’approfondir et de valider la compréhension de l’histoire.  Lorsque l’enfant utilise le matériel afin de raconter une histoire lue ou connue, il démontre les éléments importants du récit qu’il a retenu.  Les blocs de bois deviendront des maisons, des ponts, des châteaux… Les boutons bleus représenteront l’eau, les bouchons de lièges des personnages, le bout de tissu rouge du feu… Bref, l’imaginaire permet aux enfants de transformer du matériel varié, en un univers représentant le récit.  Durant cette activité, les enfants verbalisent et structurent leurs idées permettant ainsi de travailler le français oral.  

On peut également faire des propositions aux enfants:

Et si…

  • on changeait la fin de l’histoire
  • on changeait ou invitait un nouveau personnage
  • on créait une suite
  • on inventait notre propre histoire

Le décor

Une autre activité est de proposer aux enfants de créer le décor, une scène d’un album ou même de recréer une illustration en leur permettant de choisir le matériel polyvalent qui leur semble le plus approprié.  Les enfants peuvent alors présenter leur réalisation et expliquer le choix des éléments et ce qu’ils représentent.  L’adulte peut aider l’enfant en lui posant quelques questions ouvertes afin de suivre son raisonnement.  Pourquoi ne pas immortaliser le tout avec une photo afin de créer un petit album de classe ou encore en filmant les explications de l’enfant afin de garder des traces?

Le sensoriel

Le matériel polyvalent est très varié, car il est composé d’objets souvent hétéroclites que l’on peut retrouver dans notre quotidien ou encore d’objets créés à cette fin comme ceux de la compagnie Grimm’s ou autres.  Ainsi, il peut contenir des plumes, des cailloux, des coquillages, des boutons, des morceaux de bois, des grelots, des objets en acrylique, des morceaux de tissus, de la ouate, etc.

Lors de la préparation d’une lecture, l’adulte peut choisir des objets qui appuieront l’histoire du point de vue sensoriel.  Lorsque le personnage rencontre un oiseau, on fait circuler des plumes, lorsqu’il marche sur le sentier, on touche les cailloux… L’adulte peut donc choisir au préalable des objets qui seront touchés, vus ou entendus lors du récit, mais il peut également laisser le tout sur une table afin que les enfants puissent y retourner lors des jours qui suivent afin de revisiter l’histoire en explorant le matériel.  Éventuellement, l’adulte pourrait raconter une histoire et proposer aux enfants ensuite de choisir du matériel sensoriel qui représente l’histoire en équipe de deux ou de trois.  Cela leur permettra d’échanger, de partager, d’argumenter et de faire des compromis. 

Le portrait d’un personnage

Suite à la lecture d’une histoire avec plusieurs personnages, il est possible de former des équipes dans la classe et de proposer à chacune de celles-ci de faire le portrait d’un des personnages à l’aide du matériel polyvalent.  Chaque équipe peut alors présenter sa réalisation en expliquant rapidement le choix du matériel utilisé.  On peut alors prendre une photo de chacun des personnages afin d’en faire un album souvenir qui sera laissé dans le coin lecture ou le coin du matériel polyvalent.  Les enfants pourront s’y référer pour se rappeler l’histoire, mais aussi pour tenter de reproduire les différentes réalisations.

L’apprentissage de l’écrit

Je pense maintenant aux élèves de première ou même de deuxième année qui éprouvent parfois de la difficulté à organiser leurs idées avant d’écrire une phrase ou un texte.  Le matériel polyvalent est un matériel qui peut soutenir les enfants à organiser leurs idées avant le passage à l’écrit.  Ainsi, l’enfant peut utiliser le matériel polyvalent pour illustrer une phrase ou une courte histoire.  Se pratiquer à la dire ou à la raconter avant d’aller l’écrire.  Pour certains enfants, cette phase d’exploration et de verbalisation peut être très bénéfique.  Il serait même possible d’enregistrer l’enfant afin de suivre l’organisation de ses idées.

Pour les grands

J’ai énuméré quelques idées tout au long de mon billet.  Elles ont principalement été pensées pour les enfants d’âge préscolaire, mais mes nombreuses années d’expérience au primaire me permettent de penser que plusieurs de ces idées peuvent être exploitées et bonifiées avec les grands de façon bénéfique.

  •  Les grands pourraient être chargés de créer un bac sensoriel ou de recréer une scène d’un album choisi pour les plus petits à chaque semaine/mois et l’exposer dans la bibliothèque scolaire ou encore l’envoyer dans les classes du préscolaire.  
  • Ils pourraient utiliser le matériel pour créer le décor ou le personnage d’une de leur histoire afin de les aider à mieux les penser et les décrire.
  • Ils pourraient aussi jouer leur histoire à l’aide du matériel afin de la verbaliser et ainsi mieux la structurer.  
  • Ils pourraient même utiliser le matériel polyvalent pour faire un court film d’une histoire ou un projet stop motion.

Pour conclure, je crois sincèrement que les Loose parts gagnent à être proposés dans les classes dans le but de soutenir et développer l’apprentissage de la lecture et même de l’écriture.L

    Laisser un commentaire

    Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *