Le jeu libre à l’extérieur

Par Marie-Eve Beaudry

C’est l’été. Les feuilles poussent, les oiseaux chantent, les abeilles bourdonnent, et le jeu se transporte à l’extérieur, dans la cour, en forêt ou en vacances. 

À l’extérieur, les jeux libres se mettent souvent en place spontanément, en utilisant l’espace qui nous entoure, naturellement, en toute simplicité. L’horaire est souvent plus lent, plus adapté à de grandes périodes sans devoir être quelque part à telle heure. 

Le vent, la pluie, le soleil viennent contribuer à enrichir les jeux en plein air. Si un de vos défis est d’aller dehors plus souvent ou plus longtemps, voici 5 justement petits trucs pour faire sortir le jeu libre de la maison : 

Lancez-vous le défi de sortir dehors chaque jour, peu importe la météo (ok, on se garde une marge de manoeuvre pour les orages et les vents qui risqueraient de faire envoler un boeuf.) Mais en se donnant le défi de sortir au soleil, sous la pluie ou quand le temps est gris et maussade, les enfants pourront agrandir leur palette de possibilités (et vous aussi !) Aussi, ce n’est pas un grand mystère que des enfants qui vont jouer dehors chaque jour dorment souvent mieux la nuit, en plus de toutes les retombées positives pour la santé physique et mentale. Les flaques d’eau peuvent devenir vos meilleures amies, je vous le jure. 

  1. Les bibittes de toutes sortes ont envahies votre univers ? Plutôt que de les fuir, rentabilisez-les ! Sortez loupes, contenants, livres documentaires (ou google…), pinces et mettez-vous à plat ventre pour aller admirer ce monde minuscule qui mérite davantage notre émerveillement et un peu moins la semelle du premier soulier trouvé en chemin pour aller les écraser. 
  2. La peinture et les crayons, ce n’est pas uniquement fait pour rester à la table dans la maison. Partez en excursion ou juste au fond de votre cour en apportant avec vous des crayons, des pastels, une boîte d’aquarelle et à la manière de grands peintres, laissez-vous inspirez par ce qui vous entoure. Je dis vous. J’aurais pu dire envoyez vos enfants en excursions. Mais les moments créatifs à l’extérieur, ça peut aussi faire un bien fou aux adultes, tsé. 
  3. Combinez tâches plates et collaboration satisfaisante. Quand on est deux ça va deux fois mieux, c’est connu (oui, je sais, ne me remerciez pas d’avoir maintenant cette mélodie dans la tête pour le reste de la journée, que voulez-vous, je suis généreuse). Moi, la tâche qui me rebute le plus dans une année, c’est de ramasser les feuilles d’automne… souvent à l’été. J’aime voir les feuilles changer de couleurs dans les arbres, j’aime voir les feuilles tombées au sol, j’aime faire des tas de feuilles avec les enfants pour sauter dedans, mais au moment où elles sont rendues brunes et sèches, mais mouillées en même temps, je les trouve beaucoup moins intéressantes. Sauf qu’il y a eu une révolution dans ma vie sous la forme de ces petits râteaux rouges qui font maintenant partie de mon attirail. Ils sont piles de la taille d’un enfant de bof, 2 à 10 ans ? Personnellement j’ai 42 ans et j’ai délaissé mon vrai râteau pour n’utiliser qu’eux, c’est tout dire. Et comme les enfants de mon groupe les laissent généralement traîner ici et là, j’en ai souvent un à portée de main. Ça, c’est mon effort pour apporter une note positive au désordre qui vient avec le fait de vivre avec 6 petits lutins de moins de 5 ans. Donc les enfants de mon groupe, heureux d’avoir un accessoire «comme les grands», sont en plus remplis de cette énergie enfantine qu’on aimerait avoir mis en bouteille et m’aident à faire le ménage de la cour dans les entre-saisons. Le bonheur ! Pour eux comme pour moi. J’ai 6 râteaux et 6 enfants. Ça va être propre cet automne !
  4. Vous avez lu mon article sur la magie du matériel libre et polyvalent ? Vous avez eu des idées pour intégrer ce fonctionnement à l’intérieur ? Et bien réfléchissez à la manière de l’apporter dehors maintenant ! En encourageant les enfants à s’investir dans des jeux créatifs à partir de ce qu’ils trouvent autour d’eux ou de matériel pouvant servir à un peu tout, ils pourront se créer des jeux tout l’été. De façon autonome. Pendant que vous pourrez rêvasser au soleil. C’est ti pas beau ça ? En proposant du matériel ouvert plutôt que du matériel fermé, donc en proposant des items que les enfants vont pouvoir transformer plutôt que des jeux rigides avec consignes précises et règles à suivre, leurs jeux pourront évoluer au fil des semaines. Les blocs, brindilles, cailloux, figurines, coquillages, bac d’eau, bac à sable, crayons permettront à vos enfants de se créer tout un petit monde à leur mesure. Et ça se transporte aussi en voiture, en camping, chez grand-maman (bon, je ne conseille pas le bac d’eau et de sable en voiture…)

Profitez de votre été, accompagnez-les à profiter de leur petite enfance et allez hop, sortez dehors !

Marie-Eve Beaudry

    Laisser un commentaire

    Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *