L’exploration sensorielle

Par Marie-Eve Beaudry

Un bébé apprend par ses sens. Si on le met à proximité d’à peu près n’importe quoi : un cube, un morceau de poire, un chaton…, il va l’observer, le toucher, le retourner dans ses mains, le secouer et très probablement le goûter. Il découvre les caractéristiques physiques de cet objet. Il tisse des liens avec ses connaissances, il teste la constance des retours sensoriels qu’il reçoit. La poire sera toujours sucrée. Le chaton sera toujours un peu poilu. Et peut-être qu’il fera même un son. 

Les bébés sont de grands scientifiques, dans le fond. 

On sait donc que les bébés apprennent par leurs sens. Mais les enfants continuent de faire de même. Les adultes aussi d’ailleurs. C’est pourquoi il est important de porter une attention à l’environnement sensoriel qui nous entoure, afin de créer une ambiance harmonieuse, mais également contribuer à stimuler le développement global. Le développement cognitif, moteur, langagier, social et affectif sera stimulé par un environnement sensoriel riche et varié. 

Comment aménager une salle de jeux en prenant en considération l’exploration sensorielle des enfants, à la maison ou en service éducatif ? Simplement en y pensant, en prenant soin d’ajouter des touches ici et là qui viendront contribuer à enrichir l’espace de jeux sans le surcharger. J’ai énuméré pour 4 des sens de base quelques idées pour les intégrer dans une salle de jeux. 

La vue

  • Des jouets aux teintes neutres, par exemple en bois naturel, qui côtoient des jouets aux teintes colorées agréables à regarder. Parce que oui, il y a coloré et COLORÉ. Notre devise : pour qu’un jouet rentre chez-nous, on doit encore le trouver beau quand il traînera sur le plancher, parce que oui, il finira par traîner sur le plancher à un moment ou un autre de sa vie. 
  • Un mobile à partir d’items naturels, de dégradés de couleurs, de photos significatives ou simplement un mobile qui apportera du mouvement à votre décoration. 
  • Des cristaux ou des prismes suspendus près d’une fenêtre pour leur permettre de jouer avec les rayons du soleil et de projeter des arcs-en-ciel dans la pièce. Les miens sont disposés pour créer des rayons lumineux pile au moment où on se lève de la sieste, ce qui occasionne déjà des sourires dès le réveil. 
  • Des loupes, jumelles, visionneuses colorées, kaléidoscopes et ces petits accessoires qui permettent de voir la vie comme une mouche, en 40 exemplaires identiques. 
  • Des imagiers ou des livres avec des illustrations douces, pétillantes ou réalistes. L’intérêt réside dans la multitude d’illustrations différentes, pour exposer les enfants à des représentations variées afin de stimuler sa flexibilité mentale.

L’ouïe

  • Des percussions ou des instruments à cordes de qualité, et ce mot est crucial. Souvent, les instruments destinés uniquement aux enfants ont des sons plus ou moins harmonieux, déjà qu’un enfant qui joue du tambour peut être cacophonique assez vite, donc en proposant uniquement des instruments qui ont des sons agréables, vos oreilles m’en remercieront. 
  • Enlever les piles des jeux qui font des sons. Parce que parfois, enlever quelque chose peut contribuer à enrichir un environnement. On veut des objets qui permettent à l’enfant de se mettre en action, pas des objets qui s’actionnent tout seul et rendent l’enfant spectateur. 
  • Remplacer les bacs de plastique par des bacs d’osier ou de tissu, pour amortir les sons produits par les enfants qui fouillent et farfouillent dans les bacs ou qui se pratiquent pour remporter la médaille de basketball des jeux olympiques de 2036. 

Le toucher

  • Varier les matériaux proposés, parce qu’il y a plus que le plastique dans la vie. Le bois, les tissus, les matériaux naturels viennent apporter des explorations tactiles variées. Par exemple, les petites figurines rayées sur la photo, qui viennent contraster avec le bois lisse qu’on retrouve souvent dans les jeux et qui apportent une stimulation tactile différente (et elles sont siiiiiii belles). 
  • Les bacs d’exploration, comme un bac de riz, de sable, d’eau, de neige, de pompons. Proposés avec des contenants variées, des pinces et des petites truelles, ils occuperont probablement vos enfants pour vraiment, vraiment longtemps. Peut-être même que vous boirez votre café chaud. 

L’odorat

  • Des feutres odorants. Ok, il faut parfois faire preuve de beaucoup d’imagination pour identifier certaines odeurs, mais ça nous fait quand même prendre un moment pour s’arrêter et prendre conscience des odeurs qui nous entourent. 
  • Des pelures d’agrumes à découper avant d’aller rejoindre le bac de compost, qui offrent un retour olfactif à chaque coup de ciseaux. Dans mon milieu éducatif, pratiquement tous les enfants apprennent à découper des entailles avec des pelures de clémentines ! 

Il faut cependant faire attention de ne pas trop en ajouter. De ne pas se retrouver avec des salles de jeux surchargées, criardes ou bruyantes parce qu’on a voulu ajouter trop de tout. Les petites touches ici et là seront plus significatives et laisseront à l’enfant l’espace nécessaire pour s’investir dans ses jeux sans que son attention soit constamment dérangée par des stimuli omniprésents. 

    Laisser un commentaire

    Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *