Le jeu libre et le langage

Par Catherine Venne

Le jeu libre et le langage

Quand on parle de jeu libre, on imagine premièrement des enfants qui jouent librement, sans contrainte réelle. On imagine des enfants qui explorent, qui découvrent le monde à leur manière et qui se développent. Et ensuite, si on y porte attention, on entend des enfants qui s’amusent, qui font des bruits et qui discutent. En période de jeu libre, le langage est bien présent et est grandement valorisé !

L’enfant utilise son langage de différentes manières. Il peut d’abord s’exprimer avec des gestes, en pointant, en tenant la main de l’adulte, parfois même en utilisant des signes. Ensuite, on observe l’enfant créer des sons, babiller, jaser, raconter, commenter, argumenter, etc. Le langage lui sert à s’exprimer, mais aussi à s’ouvrir au monde qui l’entoure. En écoutant les enfants jouer autour de nous, on constate qu’ils ont des échanges entre eux, que leur discours évolue au fil du temps, qu’ils reproduisent des sons ou encore des phrases entendus d’adultes ou d’autres enfants. Les enfants utilisent cette période de jeu pour recréer une scène qu’ils ont vue dans leur quotidien ou un moment qu’ils ont vécu. Ils utilisent le langage pour régler un conflit, demander de l’aide ou pour répondre à leurs besoins et désirs. Le langage, c’est une partie importante du développement des enfants et ça explique pourquoi, dans leurs jeux, on les entend aussi jouer !

La beauté du jeu libre, c’est qu’il s’agit d’un moyen ultra efficace quand vient le temps de stimuler le langage des enfants. Nul besoin d’acheter des jeux en boîte ou de dépenser une petite fortune en jeux spécialisés pour aider notre enfant dans son développement langagier, je vous l’assure ! Les jouets ouverts et polyvalent que sont les jouets en fibres naturelles (le bois, la paille, le métal, la laine, etc.) permettent à l’enfant de créer mille et une choses avec un même matériel. C’est ce qu’on aime tant de ce genre de jouets. On peut donc, comme adulte, s’en servir pour stimuler un aspect du langage de notre enfant qui est en émergence ou qui n’est pas encore complètement acquis.

Avec les enfants de mon service de garde, j’observe d’abord, j’écoute et je note. Quand vient le temps de m’asseoir avec eux pendant une période de jeux libres, j’ai déjà établi ce que je souhaite travailler au niveau du langage, tout en utilisant comme outil de référence le plan orthophonique de certains. Je pars donc d’un objectif et je travaille cet aspect du langage en JOUANT ! En jouant au restaurant par exemple, je stimule le tour de parole, où chacun passe sa commande. J’en profite pour intégrer des nouveaux mots (ex : serveuse, napperon, commande, etc.). Je peux travailler l’utilisation du « Je » en faisant des phrases comme « Je veux un thé svp ! ». En explorant les blocs, je nomme leur forme, leur couleur, je décris la texture. J’offre le bon modèle verbal (c’est-à- dire que je donne l’exemple en formulant correctement mes phrases), j’offre ma présence pour aider les enfants à formuler des demandes (ex : « J’ai besoin d’aide ! ») et je les accompagne dans l’acquisition de nouveaux mots.

Aussi, en période de jeu libre, on se crée des jeux de société en utilisant les pièces du matériel libre (loose parts) et on s’amuse à sauter sur un pied en nommant l’image sur une carte pigée et en sectionnant les différentes syllabes (ex : « voi-ture »), on compte en avançant nos personnages en bois et on s’encourage : « Allez ! Continue, tu arrives bientôt à la fin ! ». C’est tout simple, mais super efficace !

Comme parent ou comme éducatrice, je tenais à vous rappeler la richesse du jeu libre dans le développement du langage des enfants.

Stimuler le langage, c’est plus simple qu’on le croirait ! On n’a qu’à utiliser l’intérêt actuel des enfants, observer les actions qu’ils posent en ce moment et les réutiliser dans nos jeux. Si l’enfant est en train de jouer à faire rouler une petite voiture sur une route faites de blocs de bois, on l’observe agir, on écoute son discours, les sons qu’il fait et on en profite pour stimuler son langage en gardant en tête l’objectif qu’on avait déjà sélectionné, et ce, pendant qu’il joue avec sa petite voiture. « La voiture roule sur la route ! (par exemple en mettant l’accent sur le « rrrr » plus difficile à produire) Vroum ! Vroum ! Ici, il faut tourner à droite. Bravo, tu as réussi ! »

Amusez-vous tout en parlant et, bien sûr, en stimulant le langage de l’enfant !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *