Consignes et jeu

Par Anne-Marie Casault

Il est dans la nature humaine de vouloir franchir des barrières. Plus il y a de barrières, plus l’envie de les franchir est forte. Nos enfants ne sont pas différents! Souvent, là où nous avions espéré inspirer l’obéissance, nous venons de susciter la rébellion. Les menaces sonnent souvent comme des défis et on obtient l’inverse de ce que l’on souhaitait. Ce que je vous propose: soyez joueurs!

Les ordres directs et la « rebellion »

Les ordres directs provoquent souvent l’opposition. Gordon Neufeld nomme ce phénomène instinctif la “contre-volonté”, principe selon lequel l’enfant est fait pour suivre et écouter seulement les gens avec qui il se sent profondément lié et connecté, question de ne pas suivre n’importe qui ou d’embarquer dans n’importe quelle voiture…C’est quand même utile!

Je l’ai constaté à maintes reprises! Quand on donne un ordre direct à un enfant, comme «Mets tes chaussures» ou «Range tes jouets», la menace devient un défi irrésistible. Au lieu d’inspirer l’obéissance, on suscite la rébellion. J’ai donc changé de tactique! Au lieu de donner des ordres, je tente de me connecter à lui. Comment connecte-t-on le mieux et le plus rapidement avec un enfant? Par le jeu!

Transformer la consigne en jeu ou en défi

C’est ici que le jeu entre en scène. Je sais, ça semble parfois demandant, la fatigue embarque, mais je vous le promets, plus on le fait, plus ça devient spontané et facile! Par exemple, au lieu de dire à votre enfant de ranger ses vêtements, pourquoi ne pas transformer cette tâche en jeu collaboratif ? «Combien de temps penses-tu qu’il nous faudra pour mettre tous les vêtements dans le panier? Allez, 1,2,3…go!»

Parler à votre enfant avec une voix de canard ou comme un commentateur sportif

Ça peut sembler absurde, mais parler à votre enfant avec une voix de canard ou comme un commentateur sportif peut vraiment aider à engager l’attention des enfants et à les motiver à faire ce que vous voulez qu’ils fassent. Par exemple, si votre enfant refuse de mettre ses chaussures, faites parler ses souliers! «Je suis un pauvre soulier abandonné, j’aimerais bien avoir la compagnie de petits orteils!» Cela peut sembler ridicule, mais croyez-moi, ça fonctionne! La créativité dépasse l’autorité!

Donner vie aux objets

De la même manière, si votre enfant refuse de ranger ses blocs, faites parler son bac de blocs. «Je suis un bac mangeur de blocs et j’ai vraiment faim. Brgggrbb! Entends-tu mon ventre?» Essayez-le, c’est une manière ludique et efficace d’obtenir la coopération de votre enfant.

En fin de compte, l’important est d’être joueur et créatif dans votre approche de la discipline. Cela peut rendre le processus plus amusant pour tout le monde et peut vraiment aider à inspirer la coopération plutôt que la rébellion.

Alors, la prochaine fois que vous vous sentez frustrés, souvenez-vous de ce conseil : soyez joueurs!

Psst! Vous avez le droit de vous faire une petite liste d’idées et de l’accrocher quelque part. Ainsi, cette dernière pourra servir d’ancrage dans des moments où la patience y est moins.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *